« La télévision se porte bien »

12.04.2019, France, EurodataTV

Dans le cadre du MipTV, l’analyse Médiamétrie organisé par Eurodata TV Worldwide présente un rapport annuel intitulé One TV Year in the World. Ce rapport nous donne une vue d’ensemble sur la consommation télévisuelle et les tendances de 2018.

Read more

En 2018, la durée d’écoute individuelle (DEI) mondiale s’établit à 2 heures 55 sur le téléviseur, dans les 94 pays étudiés par Eurodata TV Worldwide dans le rapport One TV Year in the World. Cela représente une baisse d’une minute par rapport à l’année 2017.

Selon Eurodata TV, cette stabilité d’ensemble masque de fortes disparités entre différentes régions du globe : une baisse significative est par exemple enregistrée en Amérique du Nord (9 minutes en moins) ; ce retrait est plus contenu en Europe et en Amérique du Sud, deux continents qui restent largement au-dessus de la moyenne mondiale, avec des durées d’écoute individuelle respectives de 3 heures 45 et de 3 heures 40 par jour. D’autres régions, moins consommatrices de télévision, progressent néanmoins, à l’image de l’Asie (2 heures 28, 3 minutes en plus).

Frédéric Vaulpré, Vice-President de Eurodata TV Worldwide

Frédéric Vaulpré, directeur d’Eurodata TV Worldwide, précise : « Il est intéressant de prendre du recul et de regarder l’évolution de ces chiffres sur le long terme. Ces toutes dernières années, on assiste à une légère érosion de la durée d’écoute mondiale mais elle reste à un niveau comparable à celle du début des années 2000. Le continent américain et l’Europe se situent largement au-dessus de la moyenne mondiale depuis le début des années 90. Sur ces 25 dernières années, la DEI est stable en Amérique du Nord et a même progressé en Amérique du Sud et en Europe. La télévision se porte bien et bénéficie en plus depuis quelques années de nouveaux usages ».

Des nouveaux usages en forte progression

D’après le rapport d’Eurodata TV, en 2018, les téléspectateurs regardent les programmes TV sur les écrans internet, en replay et même avant la diffusion traditionnelle en live. Apparues au cours des années 2000, ces pratiques ne cessent de progresser au gré des innovations des diffuseurs. Elles sont de plus portées par les jeunes générations.

Le replay représente 8,3 pour cent de la durée d’écoute mondiale de la TV mais ce poids est beaucoup plus important dans certains pays : il représente ainsi 18 pour cent en Suisse et représente même 23 pour cent du temps passé à regarder la TV chez les jeunes adultes portugais.

Enfin, les écrans internet suivent une dynamique similaire et permettent à la fois aux chaînes de séduire des téléspectateurs supplémentaires mais aussi à une part croissante de téléspectateurs de multiplier les occasions de voir leurs contenus TV.

Dernière arrivée, la pré-diffusion, qui concerne encore peu de programmes, s’est rapidement imposée : au Royaume-Uni, elle représente 21 pour cent de l’audience totale des contenus qui bénéficient de cette fenêtre de diffusion.


Retour sur les contenus qui ont marqué 2018

Selon l’étude d’Eurodata TV, parmi les plus de 10000 nouveaux programmes lancés en 2018 dans le monde, 43 pour cent sont des programmes factuels, 41 pour cent des fictions et 16 pour cent du divertissement.

En matière d’audience, les fictions dominent : leurs lancements se placent en tête des palmarès annuels dans trois quarts des pays étudiés. A noter que 80 pour cent de ces fictions classées premières sont des productions locales.

Avril Blondelot, Directrice Content Insight d’Eurodata TV, ajoute : « En 2018, les meilleurs lancements reflètent pour beaucoup des particularismes locaux : en Europe de l’Est par exemple, les spectateurs sont friands de drames historiques comme l’illustrent les succès de Marie Terezie en République Tchèque, de Godunov en Russie et de Korona Krolow en Pologne, dont les 3 lancements se placent en tête de leurs tops nationaux. On retrouve également un prisme local en Asie, où quatre séries ayant pour thème principal la famille se hissent à la première place des lancements nationaux : c’est le cas au Japon avec Mampuku et en Inde avec Nayagi. »

En matière de divertissement, le jeu danois All Against One a marqué l’année : lancé dans son pays d’origine en 2016, le jeu se hisse à la première place en Norvège pour le lancement de son adaptation. Plus généralement, les divertissements qui remportent les succès les plus immédiats sont des franchises bien connues du grand public, comme Big Brother remis à l’antenne de Reshet13 en Israël et qui sera d’ailleurs prochainement relancé en Finlande, ou encore Who wants to marry my Son en Roumanie.

Quelques tendances à suivre en 2019

Pour Eurodata TV, une tendance se dégage clairement en 2019 : la mise en scène d’opérations médicales ou d’interventions liées à la santé, avec l’idée de provoquer des sentiments antagonistes chez le téléspectateur, entre admiration et stupeur. C’est par exemple le cas de 113 diffusée sur NK1 en Norvège qui suit les interventions de secours d’urgentistes. Le premier épisode a fait progresser la case de 55 pour cent. Operations Live qui, comme son nom l’indique, fait rentrer le téléspectateur dans les salles d’opérations, est un succès pour Channel 5 au Royaume-Uni, et la chaîne australienne Seven avec un gain de 31 pour cent d’audience sur les 18-34 ans sur les 2 épisodes diffusés.

En fiction, les drames politiques ont le vent en poupe. Aux Etats-Unis, Project Blue Book narre l’histoire secrète des enquêtes menées par la CIA dans les années 50 sur le phénomène des OVNI ; ce format a permis à History Channel de tripler l’audience sur sa case sur les 4 premiers épisodes. Dans la même veine, Years and Years (distribué par StudioCanal) sera diffusée prochainement au Royaume-Uni : cette série place le téléspectateur dans la peau d’une famille investie en politique dans un futur proche où règne l’incertitude économique.

Si les productions locales dominent les tops, certains programmes se démarquent par leur succès aux quatre coins du monde et deviennent des hits internationaux.

The Masked Singer, talent-show musical sud-coréen, rencontre par exemple un beau succès aux Etats-Unis et sera bientôt diffusé en France sur TF1. Enfin des co-productions marqueront à coup sûr la télévision en 2019. Elles font désormais se rencontrer une grande variété de pays, à l’image des nouvelles collaborations entre pays nordiques et pays hispanophones : c’est le cas pour la fiction Invisible Heroes, une co-production bientôt à l’antenne de YLE TV1 (Finlande) et de Chilevision (Chili).

Enfin, pour Paul Youngbluth, directeur de Tape « Le public est très souvent attiré et guidé par son instinct et son affect : les tendances en termes de contenus ne sortent pas du chapeau des créateurs et producteurs. Bien souvent, elles font écho à des sujets d’actualité ».

Source : Communiqué de presse de Médiamétrie sur l’étude d’Eurodata TV Worldwide datant du 8 Avril 2019. Pour plus information, veuillez consulter le site Médiamétrie.

Share this page to

TOOLS